Ce que disent les études récentes sur les oeufs

études oeufs

Ce que disent les études récentes sur les oeufs

A éviter ou pas ?

Depuis les années 70, les oeufs sont soupçonnés d’augmenter le taux de cholestérol sanguin à cause de leur teneur élevée en cholestérol (185 mg dans le jaune d’un gros oeuf). Mais le cholestérol alimentaire des produits animaux a relativement peu d’effets sur le taux de cholestérol sanguin pour la majorité des personnes. Les coupables sont davantage les acides gras saturés et trans.

Et chez les personnes sensibles au cholestérol alimentaire, certaines études montrent que le cholestérol alimentaire augmente le « bon » cholestérol HDL en même temps que le LDL (« mauvais »), ce qui équilibre ses effets. De plus, les particules de cholestérol LDL formées sont plus grosses et moins athérogènes que les petites.

Au niveau cardiovasculaire

Une étude centrale de l’Université de Harvard en 1999 (1) menée sur 120000 personnes n’a pas trouvé de lien entre la consommation d’oeufs (jusqu’à 7/semaine en moyenne) et des problèmes cardiovasculaires.

Plus tard, une étude parue en 2016 dans l’American Journal of Clinical Nutrition (2) portant sur 1000 hommes finlandais n’a trouvé aucun lien entre la consommation d’un oeuf par jour,  le cholestérol alimentaire et l’augmentation du risque cardiovasculaire. Pas d’impact non plus sur l’épaississement de l’artère carotide (indicateur de l’athérosclérose).

De même, une analyse portant sur 8 études  publiée en 2013 dans le British Medical Journal BMJ, n’a trouvé aucun lien entre la consommation d’un oeuf par jour et des problèmes cardiovasculaires. 500 000 personnes ont été suivies pendant 8 à 22 ans.

En 2016, une analyse de 7 études publiée dans le Journal of the American College of Nutrition (4) a trouvé que les personnes qui consommaient jusqu’à 7 oeufs par semaine avaient un risque  d’accident vasculaire cérébral inférieur de 12% par rapport aux personnes qui consommaient moins de 2 oeufs par semaine. (Les variables telles que le tabagisme, l’âge, le sexe et l’activité physique étaient aussi prises en considération).

Pour les personnes diabétiques de type 2

Une revue de 2015 dans le journal Nutrients (5) conclut que la consommation d’oeufs fait partie d’une alimentation saine à la fois pour la population générale mais aussi pour les personnes présentant un diabète de type 2 ou celles à risque de maladies cardiovasculaires.

Une autre revue portant sur 6 études et publiée en 2017 dans le Canadian Journal of Diabetes (6), montre que 6 à 12 oeufs par semaine dans le cadre d’une alimentation équilibrée n’élève pas le cholestérol LDL, les triglycérides et la glycémie chez les personnes diabétiques ou à risque de l’être.

Conclusion

Une consommation considérée comme raisonnable d’après ces études est de 7 oeufs par semaine, ce qui est en général supérieur à nos habitudes. Dans tous les cas, privilégiez les oeufs de bonne qualité nutritionnelle issus de poules élevées en liberté.

Xxx

Références

(1) Hu FB, Stampfer MJ, Rimm EB, Manson JE, Ascherio A, Colditz GA, Rosner BA, Spiegelman D, Speizer FE, Sacks FM, Hennekens CH, Willett WC. A Prospective Study of Egg Consumption and Risk of Cardiovascular Disease in Men and Women. JAMA. 1999;281(15):1387–1394. doi:10.1001/jama.281.15.1387

(2) Jyrki K Virtanen, Jaakko Mursu, Heli EK Virtanen, Mikael Fogelholm, Jukka T Salonen, Timo T Koskinen, Sari Voutilainen, Tomi-Pekka Tuomainen; Associations of egg and cholesterol intakes with carotid intima-media thickness and risk of incident coronary artery disease according to apolipoprotein E phenotype in men: the Kuopio Ischaemic Heart Disease Risk Factor Study, The American Journal of Clinical Nutrition, Volume 103, Issue 3, 1 March 2016, Pages 895–901, https://doi.org/10.3945/ajcn.115.122317

(3) Rong Ying, Chen Li, Zhu Tingting, Song Yadong, YuMiao, Shan Zhilei et al. Egg consumption and risk of coronary heart disease and stroke: dose-response meta-analysis of prospective cohort studies  BMJ 2013;  346 :e8539

(4) Alexander, Miller, Vargas, Weed, Cohen. Meta-analysis of Egg Consumption and Risk of Coronary Heart Disease and Stroke. Pages 704-716, 6 oct 2016, Journal of the American College of Nutrition.

(5) Fuller, Sainsbury, Caterson, Markovic. Egg Consumption and Human Cardio-Metabolic Health in People with and without Diabetes. Nutrients. 2015 Sep 3;7(9):7399-420. doi: 10.3390/nu7095344.

(6) Richard, Cristall, Fleming, Lewis, Ricupero, Jacobs, Field. Impact of Egg Consumption on Cardiovascular Risk Factors in Individuals with Type 2 Diabetes and at Risk for Developing Diabetes: A Systematic Review of Randomized Nutritional Intervention Studies. Can J Diabetes. 2017 Aug;41(4):453-463. doi: 10.1016/j.jcjd.2016.12.002. Epub 2017 Mar 27.

Cette entrée a été publiée dans articles, Wellness, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.