La sensibilité au gluten non cœliaque SGNC

La sensibilité au gluten est souvent évoquée ces dernières années, même si sa découverte remonte aux années 80. Elle est caractérisée par des symptômes à la fois intestinaux et extra-intestinaux. Elle se manifeste suite à la consommation d’aliments contenant du gluten en l’absence d’allergie au blé et de maladie cœliaque.

Pour réaliser les tests d’allergie au blé ou de maladie cœliaque, il est important de poursuivre la consommation de gluten. Dans le cas contraire, les tests seraient faussés.

Qu’est-ce que le gluten ?

Le gluten provient du mot latin gluten et signifie « colle ». Il se trouve dans certaines céréales. C’est plus précisément une protéine composée de molécules de gluténine et de gliadine qui forment un lien élastique au contact de l’eau. Ses vertus mises à profit en pâtisserie, pour faire du pain et il est largement employé dans l’industrie agroalimentaire comme épaississant.

Un moyen simple pour retenir le nom de quelques céréales qui en contiennent est SABO : seigle, avoine conventionnelle, blé, orge. L’épeautre et le kamut contiennent aussi du gluten puisque ce sont des variétés de blé (Triticum)

La sensibilité au gluten non cœliaque SGNC

Des symptômes variés

Une étude récente menée par le Columbia University Medical Center (CUMC) pourrait expliquer pourquoi certaines personnes qui n’ont pas de maladie cœliaque ni d’allergie au blé souffrent de divers symptômes après l’ingestion de gluten. Les résultats suggèrent que ces personnes possèdent une muqueuse intestinale plus perméable ce qui induit une réaction inflammatoire. C’est une manifestation du système immunitaire.

L’ étude parue dans le journal Gut montre que les symptômes évoqués par ces personnes ne sont pas le fruit de leur imagination. Ces symptômes ont une cause biologique.

La maladie cœliaque est une maladie auto-immune dans laquelle le système immunitaire attaque les cellules de la muqueuse de l’intestin grêle après consommation de gliadine. Il existe une prédisposition génétique et la contribution de gènes HLA est démontrée. Les villosités qui tapissent normalement la paroi interne de l’intestin grêle s’aplatissent (atrophie villositaire) et le corps ne peut plus absorber les nutriments de façon adéquate. Dans la SGNC, il n’y a pas d’atrophie villositaire

Les symptômes gastro-intestinaux incluent douleurs abdominales, diarrhée et ballonnements, nausées, glossites, reflux gastro-oesophagien, stomatite aphteuse, brûlures d’estomac. 

Les chercheurs ont eu des difficultés à déterminer pourquoi certaines personnes qui ne possèdent pas les marqueurs génétiques de la maladie, des résultats de biopsie et des tests sérologiques positifs, présentent toutefois les mêmes symptômes gastro-intestinaux. D’autres symptômes extra-intestinaux tels que fatigue, troubles de l’humeur ou cognitifs, sentiment de mal-être ou d’oppression, dépression, esprit brumeux, douleurs articulaires, insensibilité dans les bras et les jambes, fibromylagies, dermatites, anémie peuvent également se manifester.

La découverte d’un marqueur de la sensibilité au gluten

L’exposition au gluten  déclenche une réaction inflammatoire aiguë plutôt qu’une réaction immunitaire strictement intestinale. On estime que la SGNC a une prévalence supérieure à celle de la maladie cœliaque (1 à 6 % de la population).

Les chercheurs du CUMC ont identifié des marqueurs témoins de dommages cellulaires (FABP2, Fatty Acid-Binding Protein 2) dans l’intestin des personnes sensibles au gluten. Leur barrière intestinale semble plus perméable ce qui permet à des macromolécules d’origine alimentaire ou bactérienne de passer dans la circulation sanguine.

Diagnostic de la SGNC

Après exclusion de l’allergie au blé (dosage des anticorps IgE et test cutané allergologique (prick test) et de la maladie cœliaque (dosage des anticorps de la maladie cœliaque et biopsie), on effectue une recherche des anticorps anti-gliadine de type IgG. Leur présence peut révéler une SGNC.

S’il s’agit d’une SGNC, une alimentation sans gluten permet la régression des symptômes.

Xxx

Références

Biological explanation for wheat sensitivity found : Weakened intestinal barrier, systemic immune activation may explain symptoms in people without celiac disease July 26, 2016, Columbia University Medical Center

Armin Alaedini et al. Intestinal cell damage and systemic immune activation in individuals reporting sensitivity to wheat in the absence of coeliac disease. Gut, July 2016 DOI: 10.1136/gutjnl-2016-311964

Volta et al. BMC Medicine 2014, 12:85; A. Fasano, Center for Celiac Research & Treatment, Baltimore, USA

Société canadienne de recherche intestinale www.badgut.org
Fondation Québécoise de la maladie ceoliaque www.fqmc.org
Dr Schaër Institute www.drschaer-institute.com
Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) presse.inra.fr/Communiques-de-presse/Sensibilite-au-gluten-et-produits-adaptes
Coeliac UK www.coeliac.org.uk/coeliac-disease/about-coeliac-disease-and-dermatitis-herpetiformis/gluten-sensitivity/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *