Les vertus du thé

Quelles sont les différentes sortes de thé ?

Les scientifiques se sont penchés sur un de ses composants, les flavonoïdes, des antioxydants importants, auxquels on attribue des vertus bénéfiques sur la santé.

Au départ, les thés proviennent tous d’une seule espèce d’arbre, le théier ou Camellia Sinensis, originaire de Chine. Les différents thés, blancs, verts, noirs, sont simplement dus à la qualité des feuilles récoltées et aux traitements thermiques et mécaniques réalisés.
Plus la feuille de thé est fraîche, plus elle est riche en une espèce de flavonoïdes : les catéchines, particulièrement en épigallocatéchine-3-gallate (EGCG). Plus la feuille est manipulée en vue de l’obtention d’une sorte de thé voulue, plus sa teneur en catéchines diminue par un phénomène d’oxydation : c’est la fermentation.

3 groupes de thés

D’après l’Université d’Oregon et de son institut spécialisé dans l’étude des micronutriments (Linus Pauling Institute), les 3000 sortes de thés répertoriés peuvent être classées en 3 groupes selon le degré d’oxydation subi :

  • Les thés blancs et verts : le thé blanc provient des jeunes bourgeons au duvet argenté qui sont très peu traités thermiquement après récolte, donc les plus riches en catéchines (EGCG). Le thé vert est issu de feuilles un peu plus matures, avec un peu plus de traitements, légèrement moins d’EGCG que le thé blanc.
  • Les thés Oolong : plus oxydés que les blancs et verts, leur taux de catéchines est intermédiaire entre les premiers et les thés noirs totalement oxydés.
  • Les thés noirs : les feuilles sont complètement oxydées, leur taux de catéchines est bas.

Le thé, surtout blanc et vert, aurait donc des effets bénéfiques sur notre santé grâce à sa fonction antioxydante : en prévention de certains cancers, de maladies cardiovasculaires, il augmenterait aussi la dépense énergétique des personnes ne consommant pas de caféine.
Une étude britannique publiée en 2009 par des chercheurs de l’Université de Kingston dans le journal Complementary and Alternative Medecine, attribue au thé blanc des vertus antirides en diminuant l’activité d’enzymes dégradant le collagène.
Enfin, le thé vert contient des vitamines C, E, B, de la provitamine A, 35 % de flavonoïdes, 3 % de caféine.
En revanche, une consommation excessive peut entrainer une hypertension artérielle et réduire l’assimilation du fer s’il est consommé au cours du repas.

Xxx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *