Thyroïde et dépression

La fonction thyroïdienne et les troubles de l’humeur

Un lien reconnu depuis longtemps

La dépression reste la manifestation la plus courante des troubles de la thyroïde, c’est pourquoi il est intéressant de s’intéresser à l’analyse des hormones thyroïdiennes dans ce contexte – avec les anticorps antithyroïdiens.

En effet, les personnes présentant des troubles de la thyroïde sont davantage à risque de développer des symptômes de dépression et inversement, la dépression peut être accompagnée par différentes anomalies subtiles de dysfonctionnement thyroïdien.

Quels sont les symptômes fréquents des troubles de la thyroïde ?

En cas d’hyperthyroïdie :

  • anxiété
  • troubles de la
    concentration
  • irritabilité
  • dysphorie (chez les personnes âgées : apathie, léthargie, pseudodémence)

En cas d’hypothyroïdie :

  • apathie
  • dépression
  • troubles cognitifs
  • ralentissement psychomoteur

La nutrition dans les troubles de la thyroïde

La nutrition et l’équilibre de votre microbiote intestinal font partie des approches complémentaires à considérer dans ces troubles qui touchent davantage les femmes que les hommes. Elle aide à diminuer l’inflammation.

En effet, les perturbateurs endocriniens, le stress chronique et l’inflammation sont néfastes à la bonne santé de la glande thyroïdienne. On retrouve des perturbateurs endocriniens dans l’alimentation, les emballages alimentaires, les cosmétiques, l’eau, les zones polluées, l’ameublement ou les pesticides notamment.

Aussi, si vous êtes enceinte ou que vous avez un bébé, vous avez peut-être entendu parler de la période des « 1000 jours » ?

Elle s’étend du développement prénatal à la petite enfance, c’est une période particulièrement vulnérable aux effets des perturbateurs endocriniens. C’est pourquoi il faut y être particulièrement attentive.