L’acidité gastrique : hypochlorhydrie et IPP

L’estomac est un milieu acide. Son pH normal est compris entre 1,5 et 2,5. Ce sont les cellules pariétales de l’estomac qui produisent l’acide chlorhydrique HCl. Mais avec l’âge cependant, leur production diminue : la moitié des personnes de plus de 60 ans souffre d’hypochlorhydrie, puis 80 % des personnes en bonne santé à 85 ans (1)

Une acidité gastrique optimale est importante pour plusieurs raisons

L’utilisation de médicaments anti-acide augmente le pH de l’estomac à 3,5 voire plus. Ils inhibent la pepsine (2) (potentiellement irritante pour l’estomac) mais essentielle pour la digestion des protéines.

Les IPP – inhibiteurs de la pompe à protons –  sont les médicaments couramment prescrits.

L’acidité gastrique est aussi nécessaire pour l’absorption de nombreux minéraux. De plus, c’est aussi notre première défense contre les intoxications alimentaires, H. pylori, les parasites et autres infections (3).

Ainsi, sans un niveau adéquat d’acidité gastrique, nos défenses immunitaires sont affaiblies.

L’hypochlorhydrie est associée à de nombreux problèmes de santé. Une multiplication bactérienne intestinale intervient chez 20 % des personnes âgées entre 60 et 80 ans et touche 40 % de celles de plus de 80 ans.

Une acidité gastrique correcte est nécessaire pour l’absorption de la vitamine B12 (une carence de B12 provoque fatigue, faiblesses, problèmes nerveux), vitamine C, fer, calcium, magnésium, zinc et cuivre (4).

Enfin, l’acidité est aussi fondamentale pour une bonne digestion des protéines.

Des symptômes fréquents d’hypochlorhydrie

  • candidoses chroniques
  • parasites intestinaux chroniques ou flore intestinale anormale
  • carence en fer
  • acné
  • ongles mous et craquelés
  • allergies alimentaires multiples
  • nausée après avoir consommé des compléments alimentaires
  • vaisseaux sanguins dilatés autour du nez et sur les joues (sujets non alcooliques)
  • ballonnements, brûlures, gaz, éructations
  • remontées acides
  • sensation de plénitude gastrique après le repas
  • indigestion, diarrhée, constipation
  • aliments non digérés dans les selles

Maladies associées à l’hypochlorhydrie

  • maladie d’Addison
  • asthme
  • maladie coeliaque
  • herpès
  • diabète
  • maladies autoimmunes
  • urticaire
  • eczéma

Pour une meilleure prescription des IPP selon l’HAS (Haute Autorité de santé)

16 millions de patients en France sont traités avec des IPP alors que plus de la moitié des usages ne serait pas justifiée. Les traitements prescrits sont souvent trop systématiques ou sur des durées trop longues. 

Lorsqu’ils sont prescrits pour une durée de plusieurs mois, les risques sont une diminution importante du taux de magnésium, une carence en vitamine B12, des fractures de la hanche, du poignet et des vertèbres.

3 mésusages principaux des IPP :

– Ils sont prescrits inutilement dans 80% des cas en prévention des lésions gastroduodénales dues aux AINS chez des patients non à risque de complications gastroduodénales

– La durée de prescription est trop longue : la durée initiale recommandée est de 8 semaines maximum et elle doit être réévaluée régulièrement

– Les prescriptions sont trop fréquentes chez les personnes les plus âgées et les nourrissons ou les jeunes enfants : la pertinence est à évaluer chez les personnes âgées polymédiquées et plus fragiles (risques d’effets indésirables/interactions médicamenteuses).

Chez les nourrissons et les jeunes enfants, ils sont rarement justifiés et non utiles en cas de régurgitation non compliquée.

Comment augmenter son acidité gastrique ?

On peut par exemple consommer 1 cuillère à soupe de vinaigre de cidre dans un peu d’eau avant chaque repas, ajouter un peu de gingembre frais, des aliments amers comme la roquette, le miel de Manuka serait bénéfique, éviter de boire à table ou encore bien mastiquer.

Sinon, on peut également essayer la bétaïne HCl en complément alimentaire (temporairement) pendant le repas, surtout s’il est riche en protéines. Et on augmente la dose progressivement jusqu’à trouver celle qui convient.

Xxx

Programme healthynow

Programme HealthyNow!

10 jours pour retrouver votre vitalité !

 

– Vous êtes fatigué, vous avez du mal à vous concentrer, vous avez parfois des compulsions alimentaires, des envies de sucre, du mal à dormir, vous avez pris un peu de poids, votre peau semble terne, marquée ?

– Vous êtes lassé des conseils de nutrition contradictoires voire obsolètes ?

– Devoir réfléchir à ce que vous allez manger tous les jours vous épuise ?

– Vous ne voulez plus suivre de programme qui vous laisse sur votre faim après chaque repas ?

– Vous recommencez tous les jours à zéro parce que ce que vous avez entrepris n’est pas compatible avec une vie sociale ou tenable sur le long terme ?

– Vous pensez que bien vous nourrir rime avec absence de plaisir, alors autant s’abstenir ?

Alors le programme HealthyNow! est fait pour vous !

C’est un programme de nutrition fonctionnelle & intégrative très simple de 10 jours, spécialement conçu pour répondre à vos besoins. Il permet de diminuer l’inflammation et de retrouver une glycémie stable. Tous les aliments sont spécialement sélectionnés pour leurs valeurs nutritives. 

Les résultats ?

Vous retrouvez votre vitalité, les compulsions alimentaires disparaissent, vous améliorez votre concentration et votre métabolisme. Vous retrouvez aussi un meilleur sommeil, une plus belle peau et en bonus des kilos en moins. 

Le programme HealthyNow! comprend un guide pour composer vos repas et collations, les listes d’aliments et de délicieuses et copieuses recettes pour varier les plaisirs. Ebook 46 pages, 69 €

 

 


Références

HAS

Institute of Functional Medicine

(1)Britton, McLaughlin, Ageing and the gut. The Proceedings of the nutrition society, 2013 Feb;72(1):173-7. doi: 10.1017/S0029665112002807.

(2) Corleto, Festa, Di Giulio, Annibale, Proton pump inhibitor therapy and potential long-term harm, Current Opinion in Endocrinology Diabetes Obesity 2014 Feb;21(1):3-8. doi: 10.1097

(3) She, Fox, The role of the gastrointestinal microbiome in Helicobacter pylori pathogenesis, Gut microbes 2013 Nov-Dec;4(6):505-31. doi: 10.4161

(4) Hunt, Camilleri, Crowe, El-Omar, Fox, Kuipers, Malfertheiner, McColl, Pritchard, Rugge, Sonnenberg, Sugano, Tack, The stomach in health and disease, Gut 2015 Oct;64(10):1650-68. doi: 10.1136/gutjnl-2014-307595