Lait et intolérance à la caséine

En 2010, le National Institutes of Health, un des plus grands centres de recherche médicale au monde, a déclaré que peu de personnes montrent des signes avérés de malabsorption du lactose. Dès lors, la cause de leurs symptômes gastro-intestinaux est peu probablement liée au lactose lors de la consommation de lait.

Lait de vache et bêta-caséines A1 et A2

L’intolérance au lactose véritable est moins courante que ce que l’on pense.

La recherche s’est intéressée à la bêta-casomorphine-7 (BCM-7) dérivée de la bêta-caséine A1. Elle contribuerait  au syndrome d’intolérance au lait de vache (1).

On trouve la bêta-caséine A1  dans le lait des vaches des troupeaux d’origine européenne mais pas dans celui des races asiatiques et africaines (bêta-caséine A2).

La bêta-caséine représente environ 30 % des protéines totales du lait de vache,  sous 2 variantes génétiques majeures : A1 et A2. On considère que la forme A2 était la forme originelle avant sa mutation dans les troupeaux européens il y a 5000-10000 ans.

Dans le lait humain, on trouve la forme A2. Le lait des vaches d’Europe du Nord contient la A1 ,  le lait des vaches d’Europe du sud et des îles Britanniques plutôt la A2 (comme chèvre et brebis).

Effets de la bêta-caséine A1

Inflammation de la muqueuse intestinale, ballonnements, douleurs abdominales, constipation ou à l’inverse, selles molles (2). Son implication dans le diabète de type 1 est moins certaine selon les études.

Dans les magasins bio, on trouve sur certains produits laitiers  la race de la vache si on préfère éviter la A1 (Guernesey, Jersey par exemple sont A2). Les produits laitiers de chèvre et de brebis contiennent la A2.

On pourrait obtenir des élevages de vaches produisant uniquement du lait A2 en 4 à 8 ans. En Australie et on Nouvelle Zélande, Bellamy’s et A2 Milk Company se sont déjà spécialisés dans ces élevages.

XXX

Références

(1) Sebely Pal, Keith Woodford, Sonja Kukuljan, and Suleen Ho Milk Intolerance, Beta-Casein and Lactose Nutrients 2015, 7, 7285 7297;doi:10.3390/nu7095339

(2) Mohammad Raies Ul Haq, Rajeev Kapila, Rohit Sharma, Vamshi Saliganti, Suman Kapila Comparative evaluation of cow b-casein variants (A1/A2) consumption on Th2-mediated inflammatory response in in mouse gut Eur J Nutr (2014) 53:1039–1049

10 réponses à “Lait et intolérance à la caséine”

  1. Wondeгful blog! I found it while surfing аround onn Yahhoo News.
    Do yoou have any tps on how to get lіsted in Yahoo Neѡs?

    I’ve been trying for a while but I neveг seem tо get
    there! Thanks

    • admin dit :

      Thank you very much for your nice comment! I did that a long time ago, I think you should submit your business to Yahoo Local Basic Listings using Yext. Hope this helps! Xxx Nathalie

  2. Hannelore dit :

    Ꮋaving read this I beliеvеd it was rather informɑtive.
    I appreciate you finding the time and energy to put this content tߋgether.
    I once ɑgain fіnd myself spending a significant
    amoⲟunt of time both rеadinng and leaving comments.
    But so what, it was stіll worthwhile!

  3. I haϲe read so mawny posts regarding the Ƅⅼogger lovers һowever
    this articⅼe is truly a fastidiouѕ paragraph, keep it up.

  4. Raymonde Ricot Piette dit :

    Les effets de la bêta-caséine A1 sont-ils uniquement ceux nommés ci-dessus (donc, affectant les intestins)? Qu’en est-il de la sphère ORL? Sait-on si la bêta-caséine A1 peut provoquer des rhumes à répétitions, et sur le long terme des pneumopathies?

    • Nathalie dit :

      Bonjour Raymonde,

      En effet, les effets de la bêta-caséine A1 ne se limitent pas à la sphère intestinale. Je vous cite un extrait d’une étude de Bartley J, McGlashan SR. Does milk increase mucus production?. Med Hypotheses (2009), doi:10.1016/ j.mehy.2009.10.044

      « The belief that excessive milk consumption causes excessive mucus production is common, however such an association cannot be explained using a conventional allergic paradigm. Mucus over- production from MUC5AC glands is characteristic of many respira- tory tract diseases [15]. b-CM-7 from A1 milk could potentially increase mucus production from these glands.
      This association many not necessarily be simply cause and effect. For this to occur there needs to be a number of prerequisites. The person may have to consuming A1 as opposed to A2 milk, b- CM-7 has to be passing into the systemic circulation and the tissues have to be actively inflamed. These prerequisites could ex- plain much of the confusion in the ‘‘milk-mucus” literature. This would explain why a sub group of patients have found that their asthma or rhinitis symptoms improve on a dairy free diet. »

      Les affections de la sphère ORL liées à la consommation de ß-caséine A1 ont pour prérequis une inflammation de la muqueuse intestinale qui devient perméable. Il s’en suit une augmentation de la production de mucus.
      J’espère que cela vous sera utile ! Xxx Nathalie

      • Raymonde Ricot Piette dit :

        Merci pour votre réponse. Effectivement ça explique bien des choses…
        Il y a quelques années, j’ai consulté un ostéopathe qui, avant de commencer à me soigner, m’a questionné sur mon histoire médicale passée.
        Lorsque je lui ai dit, entre autres choses car je ne considérais pas cela comme important ou pertinent, que j’avais eu 2 fois des pneumonies (une fois à 31 ans, une fois à 60 ans), il a tout de suite réagit en me demandant: « Vous avez essayé de supprimer les produits laitiers, de vache? » ‘Non! Eh bien je vous conseille d’essayer ».
        Et après des explications simples mais convaincantes, j’ai compris que j’avais tout intérêt à le faire.
        Effectivement, au bout de peu de temps, j’ai cessé d’avoir des remontées de mucus au niveau de la trachée-artère qui me réveillaient la nuit à cause de l’irritation provoquée, et qui me faisait tousser subitement et violemment. J’ai aussi très rarement des rhumes maintenant.
        Et donc, justement, je me demandais si, après avoir expérimenté avec succès cette suppression des produits laitiers de vache, les effets/symptômes ‘indésirables’ étaient dus au lactose ou à la caséine…
        Grâce à votre article, j’apprends que c’est très probablement la béta-caséine A1, puisque la forme A2 qui n’a pas les mêmes effets négatifs, se retrouve dans le lait de chèvre et de brebis (et certaines races de vaches); et effectivement, je consomme un peu de fromage de chèvre et de brebis, et même parfois du lait de chèvre, sans que cela ne m’occasionne aucun désagrément.
        Donc, à nouveau merci! Je suis ravie de savoir ce qu’il en est, de moi et de mon organisme!

        • Nathalie dit :

          Avec grand plaisir Raymonde, je suis ravie que cet article ait pu vous être utile. Comme vous l’avez fait, en expérimentant par soi-même on réussit à voir quels aliments nous réussissent plus ou moins.
          La question de l’intolérance à la caséine A1 commence à faire son chemin et certains producteurs de produits laitiers de vache indiquent la provenance de leurs vaches sur l’emballage pour les personnes intéressées.
          Et de toute façon, il existe d’autres aliments qui contiennent du calcium y compris des eaux minérales qui permettent de couvrir nos besoins.
          Brebis et chèvre n’ont pas les mêmes effets et on peut toujours varier les plaisirs avec les produits laitiers faits à base de ces laits !
          Je vous souhaite une excellente continuation et à bientôt !
          Nathalie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *