Le sommeil a un impact sur les fonctions cognitives

Le fait de dormir permet bien plus que se reposer et se régénérer, même si c’est déjà un très bon point. En effet, la préservation et le développement des fonctions cognitives sont également liées au sommeil.

Sommeil et fonctions cognitives : une corrélation à ne pas sous-estimer

Une perte de même quelques heures de sommeil a un impact négatif sur l’attention, le language, la prise de décision, le raisonnement, l’apprentissage et la mémoire.

Sommeil et mémoire : une illustration avec la mémorisation

Si vous avez besoin d’apprendre quelque chose en vue de passer des examens par exemple, vous pouvez optimiser votre capacité à mémoriser ce que vous apprenez.

La mémorisation se fait en 3 étapes :

1. Acquisition (encodage)
2. Consolidation
3. Rappel (récupération)

La consolidation de ce qui a été acquis se fait pendant le sommeil. En outre, le timing du sommeil est important : les études montrent que dormir 3 h après l’encodage (l’acquisition de nouvelles données = ce que vous apprenez) est davantage bénéfique pour la consolidation pendant le sommeil que dormir 10 h après.

Une autre alternative : vous pouvez réviser ce que vous avez étudié la journée peu de temps avant de dormir. Vous optimiserez la consolidation pendant votre sommeil.