Sommeil et santé : dormir est-il une perte de temps ?

Sommeil et santé sont liés. Les conséquences d’une insuffisance de sommeil sur la santé sont bien réelles : obésité, diabète et maladies cardiovasculaires peuvent se développer au fil du temps en lien avec d’autres facteurs tels que la génétique, une nutrition pauvre en nutriments et un manque d’activité physique. Les effets d’un manque de sommeil se répercutent de la même manière sur l’équilibre psychologique.

Bien que les scientifiques commencent à établir un lien entre le manque de sommeil et certaines maladies, la majorité des experts concluent qu’un sommeil de qualité et suffisant en nombre d’heures est aussi important pour la santé que la nutrition et l’activité physique.

Quels sont les risques liés au manque de sommeil ?

Il n’est pas simple d’évaluer les risques liés au manque de sommeil. En effet, certaines maladies ont une évolution lente et d’autres facteurs de risque sont impliqués. Cependant, on sait que dormir régulièrement moins de 8 heures par nuit semble accroitre le risque de développer un certain nombre de maladies.

Les résultats d’études montrent que le simple fait de réduire ses heures de sommeil de 2 à 3 heures par nuit peut avoir des répercussions négatives importantes :

  • Obésité : dormir moins de 6 heures par nuit augmente le risque de surpoids comparé à 8 heures par nuit.
  • Diabète : dormir moins de 5 heures par nuit augmente le risque de diabète de type 2. En revanche, améliorer le sommeil influence positivement la régulation de la glycémie et réduit les effets du diabète de type 2.
  • Maladies cardio-vasculaires et hypertension artérielle : même une modeste réduction des heures de sommeil (6 à 7 heures par nuit) est associée à une augmentation du risque de calcification coronaire, prédicteur d’infarctus du myocarde ultérieur. Il existe aussi un lien entre le manque de sommeil causé par une apnée obstructive et l’augmentation du risque de maladies cardiovasculaires (hypertension artérielle, accident vasculaire cérébral, coronaropathie, arythmie cardiaque)
  • Immunité : le manque de sommeil augmente les taux de médiateurs inflammatoires et les infections, en retour, affectent la quantité et la qualité du sommeil. La capacité de résister aux infections diminue avec le manque de sommeil.
  • Rhume : dormir moins de 7 heures par nuit triple le risque d’être sensible à un rhinovirus.

L’insuffisance de sommeil affecte aussi l’espérance de vie et le bien-être au quotidien : dormir 5 heures par nuit ou moins augmente le risque de mortalité de 15 %.

Bien dormir et rester en bonne santé

Bien dormir ne garantit pas automatiquement une bonne santé mais aide au maintien de nombreuses fonctions vitales. L’une des ces fonctions essentielles est de permettre aux cellules et aux tissus de se réparer au quotidien.

Des fonctions de restauration majeures de l’organisme comme la réparation tissulaire, la croissance musculaire et la synthèse protéique ont lieu presque exclusivement pendant le sommeil.

D’autres conclusions sur le rôle du sommeil dans le maintien d’une bonne santé ont été tirées d’études sur des personnes privées de sommeil. Les scientifiques ont par exemple découvert une modification du taux d’hormones impliquées dans le métabolisme, la régulation de l’appétit et la réponse au stress.

Les experts du sommeil s’entendent pour déclarer que lorsqu’on dort suffisamment, non seulement on se sent mieux mais on a aussi plus de chances de vivre une vie active et en bonne santé.

Xxx

Référence

Harvard Medical School

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *